DSC_0173
DSC_0173
press to zoom
DSC_0162
DSC_0162
press to zoom
DSC_0157
DSC_0157
press to zoom
DSC_0149
DSC_0149
press to zoom
DSC_0126
DSC_0126
press to zoom
DSC_0125
DSC_0125
press to zoom
DSC_0110
DSC_0110
press to zoom
DSC_0118
DSC_0118
press to zoom
DSC_0114
DSC_0114
press to zoom
DSC_0122
DSC_0122
press to zoom
DSC_0113
DSC_0113
press to zoom
DSC_0153
DSC_0153
press to zoom
mahir scene karagozDSC_0128
mahir scene karagozDSC_0128
press to zoom
mahir scene saz de cote karagozDSC_0125
mahir scene saz de cote karagozDSC_0125
press to zoom
mahir saz tapis karagoz0112
mahir saz tapis karagoz0112
press to zoom
DSC_0161
DSC_0161
press to zoom
DSC_0162
DSC_0162
press to zoom
DSC_0314
DSC_0314
press to zoom
DSC_0308
DSC_0308
press to zoom
DSC_0300
DSC_0300
press to zoom
DSC_0309
DSC_0309
press to zoom
DSC_0311
DSC_0311
press to zoom
DSC_0304
DSC_0304
press to zoom
DSC_0294
DSC_0294
press to zoom

FAUDRAIT ÊTRE UN ÂNE

-Divines Absurdités de Nasr Eddin Hodja-

Tout public à partir de 7 ans /

Durée 1h tout public  & 45 mn scolaire

 LA MIGRITUDE DE KARAGÖZ

« dans le cadre du Cinquantenaire de l’immigration Turque en France »

Tout public à partir de 11 ans / Durée : 1 heures

Article de Gaye PETEK
sur le théâtre traditionnel turc dans l’Encyclopaedia Universalis et auteur d’une recherche sur le Karagöz.

Karagöz est un art majeur depuis le 16° siècle, parmi les traditions de théâtres traditionnels turcs. Et depuis 2009, il est inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l' UNESCO. C'est à la base un spectacle pour adulte extrèmement structuré, mais il était devenu en Turquie un divertissement sans profondeur à destination des enfants, comme le Guignol dans les jardins publics. Il a fallu un jeune artiste autodidacte, fils d’une famille immigrée de Turquie en France, Rûşen (ou Ürüşan) YILDIZ , pour que la lumière fut à nouveau sur cet écran illusoire de la réalité. Rûşen a modifié exactement ce qui devait l’être : les situations, les histoires racontées, en les plaçant dans notre réalité du 21° siècle. Pour ce faire, sans changer la technique, la dimension des figures ou leur manipulation, mais en les améliorant et les enrichissant, il a ajouté des personnages – notamment féminins- et modifié le métier ou la place sociale de certains autres. Comme par exemple, le personnage du « Frenk » dans le théâtre ottoman, parfois italien, parfois levantin, vêtu à l’occidentale, et qui est devenu dans son premier spectacle, l’agent de l’administration chargé d’accueillir Karagöz à son arrivée comme immigré au Paprasland. Et puis Rûşen s’empare de sujets d’actualité : l’intégration, les pratiques archaïques, la structure familiale des familles transplantées, la place de l’ « autre », mais aussi de sujets d’aujourd’hui, comme l’écologie, et tout en même temps de la poésie des contes et des légendes. Rûşen est un créateur dans tous les sens du terme. Il a redonné à Karagöz sa dimension populaire, satirique et critique. Il a fait d’une tradition en voie de disparition un théâtre actuel, un théâtre turc parlant français, c'est-à-dire métissé. Ce métissage dont il s’est lui-même construit et qui est une œuvre en soi.